Librairie Générale
203 bis avenue Daumesnil - 75012 Paris
Tél : 01 43 43 82 27

Librairie BD
54 Boulevard de Reuilly - 75012 Paris
Tél : 01 43 43 25 06

Nos 449 lectures - Littérature française

9782075204637

Alma. Vol. 3. La liberté

Quatre ans après la parution du premier volet, Alma : La liberté vient parachever le triptyque fabuleux que Timothée de Fombelle a bâti à partir de la réalité historique de la traite atlantique et de la lutte pour l’émancipation des esclaves. D’un continent à l’autre, de la prise de la Bastille à la révolte de Saint-Domingue, l’écrivain nous entraîne dans le sillage de ses multiples personnages, dont les trajectoires heurtées se mêlent et s’entrecroisent pour notre plus grand bonheur de lecture. La narration est puissante, l’écriture fluide et ample, l’émotion toujours vive ; et le désir de liberté, de l’Histoire à la fiction, inépuisable et renouvelé.

Critique de Laura Legros, le 29 Mai 2024

9791034909285

Le refuge

Un homme, ancien professeur de création littéraire, passe une retraite paisible avec sa femme.Jusqu'au soir fatidique d'une agression qui ouvrira une boite de Pandore et révélera différents aspects de leurs personnalités.

Avec un style intéressant qui mêle les deux protagonistes, l'auteur nous plonge dans une histoire ordinaire qui prend un virage glaçant

Une nouvelle facette de la littérature québécoise à découvrir

Critique de Valérie Kouziaeff, le 20 Avril 2024

9782818060360

Ni de lait ni de laine

Dans la lignée du merveilleux Nouons-nous qui explorait les relations amoureuses en courtes histoires, Emmanuelle Salasc s'attaque à la famille, sujet éminemment littéraire, dans Ni de lait, ni de laine, un recueil de nouvelles qui tisse de fil en aiguille la toile de liens tantôt tendres, tantôt cruels, toujours complexes.

Un talent immense pour raconter l'intime, la puissance de la transmission et la nostalgie de l'enfance, le poids des origines et les drames qui se jouent parfois dans la famille, celle qu'on s'invente ou celle qu'on fuit !

Critique de Solène Quéré, le 19 Avril 2024

9782383612858

Perdre la main

Juin 1994 : Dominique Sigaud, alors journaliste indépendante, se retrouve au Rwanda... dans le chaos génocidaire qui ne dit pas encore son nom.

30 ans après, taraudée par cette expérience refoulée, elle prend la plume... mais celle-ci se refuse à elle, sa main reste paralysée. Il lui faudra un long travail pour démasquer derrière les souvenirs écrans le noyau vital de sa mémoire rwandaise. Ce livre, est l'histoire de ce dévoilement.

Un livre d'une lucidité poignante, magnifique.


Critique de Quentin Schoëvaërt, le 08 Avril 2024

9782490356416

Nucléus : ce qui reste, quand il n'y a plus rien

A l'origine de ce texte : un album photo chiné au marché aux puces de Sofia (portraits de groupes qui ressemblent à un voyage professionnel en RDA en 1952).

L'auteur tisse son histoire à partir de ces photos et dresse un portrait impitoyable de la Bulgarie soviétisée. Le rêve allemand (ennemi d'hier et pays phare du bloc de l'est),

la vague de répression et la grande peur qui s'installe, la tentation du passage à l'ouest...

Un roman aux strates subtiles.

Critique de Quentin Schoëvaërt, le 28 Mars 2024

9782378561925

Vu d'un cercle

Michel Jullien s'essaye au format de la nouvelle et c'est une vraie réussite !

Douze récits qui mettent en lumière des émotions et des vies simples mais tellement justes. On pense forcément à Pierre Michon et ses Vies minuscules mais Michel Jullien y apporte en plus le frisson de l'aventure.

C'est extrêmement bien mené. La narration et la langue se répondant dans un tempo parfait. Un vrai coup de cœur !

Critique de Lise Kennel, le 28 Mars 2024

9782073059673

L'option légère : roman-poème

Embarquement immédiat entre Paris et l'île de Beauté pour une promenade poétique avec Victor Pouchet, le temps d'un été de flâneries et de doutes. Tantôt réflexions sur l'ordinaire de l'existence, tantôt correspondance amoureuse, L'option légère lutte avec les mots contre l'ennui et la torpeur, tente d'apaiser le feu de l'attente et la brûlure des retrouvailles avec la femme aimée.

Critique de Solène Quéré, le 26 Mars 2024

9782234093836

Violette et Stella

Trois vies de femmes, deux générations, une amitié imparfaite mais indéfectible. Et encore, comme chez Annie Ernaux et Camille Laurens, la France, le(s) féminisme(s), l'amour... Ce livre, c'est celui que vous aurez envie d'offrir à toutes vos amies : une merveilleuse ode à l'amitié et aux femmes, portée par une plume extrêmement vivante et sensible, pleine de lumière.

Critique de Matilde Bagnis, le 26 Mars 2024

9782812625596

Traverser les forêts

Un formidable croisement de destins, dans le décor terrible et somptueux d'une forêt primaire, qui est aussi une no-man's-land entre Pologne et Biélorussie. L'amour, l'espoir et la crainte pour l'avenir, les tensions sociales et géopolitiques européennes... tous des thèmes que ce magnifique roman choral narre avec une plume fluide et extrêmement palpitante, digne du meilleur thriller !

Critique de Matilde Bagnis, le 26 Mars 2024

9782707349781

Vivarium

Le romancier Tanguy Viel, dont on connaît la veine mélancolique, bifurque vers l’écriture essayiste et fragmentaire... et c’est une posture poétique qu’il donne à voir. Moments de suspension, paysages fluctuants, villes composites : dans le sillage des poètes promeneurs, l’écrivain guette l’éblouissement transitoire. Notes de lecture, considérations sur l’écriture, exploration de la mémoire : de façon réflexive, il réinscrit les sensations collectées dans une temporalité plus vaste. D’un fragment à l’autre, on se laisse porter avec bonheur par la prose ample et sinueuse de Tanguy Viel, qui déplie cette fois-ci ses somptueuses métaphores au plus près du point de jonction entre la pensée intime et le monde sensible. Un texte certainement inactuel, profond et vivace néanmoins, dont les subtiles variations captivent.

Critique de Laura Legros, le 11 Mars 2024

9782818059760

Pour les siècles des siècles

Toujours plus de brigoule !!
Quel plaisir de retrouver les personnages de Rabalaïre !
L'histoire reprend pile où elle s'était arrêtée et pourtant le récit est immédiatement différent : du "je" on passe au "nous" puisque le personnage principal, un athée libertin, a fusionné avec le curé du village... Deux esprits dans un même corps en soutane, le ton est donné, on ne va encore pas s'ennuyer à Gogueluz !

Entre fulgurances métaphysiques et scènes absurdes se glisse un portrait social de notre pays dans un monde qui déraille, le travail d'Alain Guiraudie entre le cinéma si contraint et la littérature où tout est possible est à découvrir.

Critique de Marion Speiser, le 09 Mars 2024

9782818060162

La fracture : et autres textes

Des fractures subies au plus jeune âge, à celles que l’on crée à l’âge adulte, lorsqu’on imprime une autre direction à sa vie ; des joies et terreurs mêlées de l’enfance, aux mots qui ébranlent l’adolescence : la conjonction heureuse de ces cinq textes de Charles Juliet, qui se partagent entre autobiographie et fiction, donne à voir une trajectoire d’homme et d’écrivain faite de ruptures et de compagnonnages. Une lecture aux profondes résonances, d’une sobriété et d’une évidence remarquables.

Critique de Laura Legros, le 02 Mars 2024

9791034752485

Le combat d'Henry Fleming

Avec son dessin sombre et réaliste, Steve Cuzor (Cinq branches de coton noir) se réapproprie de la plus belle manière qui soit l'oeuvre de Stephen Crane. 

En pleine Guerre de Sécession, on suit l'histoire du jeune Henry Fleming dont le souhait profond de décider de son propre destin se heurte à l'horreur de la guerre, où l'individu doit s'effacer au profit du groupe. L'histoire d'un homme nous apparaît alors comme celle d'un combat ancestral entre l'intérêt personnel et l'intérêt général.
Une BD à lire absolument ! 

Critique de Pierre Cadeau, le 22 Février 2024

9782889830008

A quoi songent-ils, ceux que le sommeil fuit ? : microfictions

Dans l'intimité de la nuit, la plume envoûtante de Gaëlle Josse glisse d'un portrait à l'autre et parvient, en quelques mots, à saisir l'effroi, l'attente, le désir et toute la palette d'ombres qui traversent nos existences à la tombée du crépuscule. Une promenade d'équilibriste entre lumière et ténèbres !

Critique de Solène Quéré, le 08 Février 2024

9782073017093

La fille parfaite

A la tragique disparition d'Adèle, son amie d'enfance, Rachel tente de dérouler le fil des liens qui les ont unies de si longues années. Malgré leurs différences, la mathématicienne et l'écrivaine ont, dès toutes jeunes filles, eu l'ambition commune de conquérir le savoir, se partageant l'art et la science comme terrain de jeu. En dépliant ses souvenirs, la narratrice plonge dans les eaux tumultueuses de leur relation, tantôt lumineuse, tantôt destructrice, mais toujours tendue vers la même exigence de perfection. Nathalie Azoulai réussit à la fois une ode bouleversante à l'amitié et une réflexion profonde sur le rapport entre beauté et vérité.

Critique de Solène Quéré, le 03 Février 2024

9782080432230

Le convoi : récit

Survivante du génocide des Tutsi, Beata Umubyeyi Mairesse a enquêté quinze années durant sur les conditions de son sauvetage. Le Convoi est d’abord une quête d’images, celles que des journalistes britanniques ont prises du convoi humanitaire qui a permis à l’adolescente qu’elle était alors de quitter le Rwanda ; c’est aussi une quête identitaire et mémorielle, car l’autrice écrit depuis des identités diffractées, et avance d’un récit de vie à l’autre, soucieuse de révéler de « délicates solidarités ». L’écriture est intense et réfléchie, admirable dans l’attention qu’elle porte aux conjonctions qui l’ont fait advenir, dans son souci de restituer toute leur complexité aux événements comme aux acteurs. Avec une belle exigence, Beata Umubyeyi Mairesse veut dégager l’histoire du génocide de son appropriation occidentale, et ouvrir le lieu de la narration aux femmes et aux hommes qui en sont le sujet. Le témoignage qui est le sien puise essentiellement sa force dans celles et ceux auxquels il est adressé : des adolescents, dans le cadre d’une rencontre scolaire, en ont été les premiers destinataires ; et l’enquête dans son ensemble est tout entière tendue vers ces enfants des convois dont Beata Umubyeyi Mairesse a été l’aînée. Aux uns comme aux autres, il s’agit de transmettre non seulement des images, une mémoire, mais aussi l’engagement et la conviction, la détermination et la vigueur, qui portent ce récit lucide et poignant.

Critique de Laura Legros, le 03 Février 2024

9782490975891

L'homme gêné

Qu'il est drôle Matthieu Chiara !
On l'attendait depuis son génial Hors-Jeu (L'Agrume, 2016), L'homme gêné ne nous a pas déçu !
On retrouve son talent pour les petites scènes du quotidien, qu'on a vécu ou dont on a été témoin, dans ce format d'histoire longue où un homme se pose beaucoup trop de questions pour être relax.


Fauve révélation

Critique de Marion Speiser, le 03 Février 2024

9791041413560

Sortir au jour

Tout débute par la rencontre originale et inattendue entre l'autrice et Gabriele, devenue thanatopractrice... De la conversation qui se noue entre les deux femmes, Amandine Dhée nous offre un texte sensible, lumineux et terriblement vivant sur la perte et le deuil. Sublime !
Critique de Solène Quéré, le 29 Janvier 2024

9782707349439

Sous la menace

Un week-end en famille, des rapports de désir et de violence, la levée d’un secret : autour de la mutation adolescente, Vincent Almendros nous livre un roman lapidaire orchestré en cinq temps, comme une tragédie devant laquelle on pressent à tout instant la catastrophe. Dans la chaleur de l’orage qui menace, l’auteur tisse un réseau de signes funestes, de la charogne d’oiseau à la pluie d’insectes, tout en jouant sur un mode mineur de l’omission, du flottement, de l’inadéquation, dans les relations humaines comme dans son écriture, pour prolonger le suspens. Coup de cœur !

Critique de Laura Legros, le 23 Janvier 2024

9782823621280

Camille s'en va

Vous trouverez dans le troisième roman de Thomas Flahaut la lucidité propre aux romans de Nicolas Mathieu, une certaine sensibilité telle que peut la décrire Pierric Bailly, et l'énergie révoltée d'un Jérôme Leroy !

Camille s'en va est un riche roman qui questionne nos utopies contemporaines, nos trajectoires de vie et qui n'oublie pas d'être profondément attachant, un grand bravo Mr Flahaut !

Critique de Simon Gémon, le 20 Janvier 2024